Jean-Paul Schmitt Rittersberg Logo

Captain Cork

 
   RETOUR   
 
 

Captain Cork écrit le 23/3/2014 - Alsace: About Schmitt

 

 

 

 

 

Alsace: About Schmitt.

 

 

Rainer Balcerowiak

Le pilote de bâbord Rainer Balcerowiak

 

Notre pilote de bâbord Rainer Balcerowiak avait perdu tout espoir en l’Alsace. Ou presque. C’était sans compter sur quelques producteurs comme Jean-Paul Schmitt. Il vient justement d’ouvrir deux bouteilles du tonnerre en provenance de son domaine – un vin sec et un doux.

Adaptation française: Philippe Abry

 

L’Alsace a minutieusement œuvré à saper sa réputation de région viticole.


Il faut dire que le marché est inondé de productions de masse parfaitement inutiles. Et qu’il y a belle lurette que les appellations d’origine contrôlée ne constituent plus un paramètre fiable.


Le système des grands crus semble s’être fossilisé et l’an passé, ses 51 appellations ont engendré des vins pour le moins douteux. En même temps, les chefs de file de la région font en sorte que de nouvelles parcelles n’accèdent pas à ce statut. Face à la pression du marché, de nombreuses petites exploitations ont capitulé et se sont rangées sous l’aile des grandes coopératives et caves.


Dans l’ensemble, il n’est plus possible de cerner un profil aromatique clair, la tendance actuelle étant aux taux d’alcool et de sucre résiduel élevés, ce qui est une insulte à la grande tradition des vins d’Alsace élancés, fins et surtout secs.


L’espoir n’est pas mort.


Mais cette tendance n’est pas la seule : il y a aussi des vignerons indépendants qui commercialisent eux-mêmes leur production et qui, sans appellation grand cru certifiée, misent tout sur la qualité. Parmi ces vignerons, nombreux sont ceux qui sont passés à des méthodes de production biologiques.


Mais ils sont rares à persister dans cette voix ô combien exaltante et pavée d’embuches comme le Domaine Jean-Paul Schmitt de Scherwiller. Rendements moyens volontairement bas autour des 35 hectolitres par hectare, vendanges exclusivement à la main, fermentation très lente, uniquement avec des levures sauvages, aucun collage, refus absolu de toute chaptalisation – c’est ainsi que l’on désigne l’ajout de sucre au moût pour augmenter le degré d’alcool – et un filtrage quasi inexistant… tels sont les principes de base d’un domaine qui privilégie les vins secs.


Surtout rien de boisé !


Jean-Paul Schmitt élève quelques blancs dans des fûts en bois, mais ce sont uniquement des fûts d’un grand âge. Car s’il y a bien un forfait que notre vigneron entend ne pas commettre envers ces joyaux filigranes, c’est de leur conférer un arôme boisé. En lieu et place, des vins lents à se développer, à la complexité affirmée, pleins de nuances surprenantes et des différences notoires entre les millésimes.


Le riesling et le gewurztraminer sont les porte-étendards du domaine, mais les pinots ne sont pas délaissés pour autant.


Une incroyable vigueur.


J’ai vraiment été scotché par le Pinot Gris Réserve Personnelle 2010. Son imposante charpente fait bien vite oublier ses 14°5 d’alcool. Avec ses 4,3 grammes de sucres résiduels, ce vin réellement sec vous envoûte par ses notes de melon mûr et de raisins de Corinthe au rhum, complétées par l’orange amère et une pointe d’amande amère. A cela viennent s’ajouter de délicates nuances d’anis et de fenouil. Au final, une acidité discrète et piquante trouve parfaitement sa place dans cette symphonie gustative. C’est ainsi qu’en dépit de son incroyable vigueur, ce pinot se laisse franchement boire - very drinkable ! - il est long en bouche et prend congé avec un infini moelleux.


Et ce n’est pas tout, après ce vin au top, le domaine Schmitt n’a aucun mal à remettre le couvert.


Beaucoup de sucre, mais parfaitement adapté.


N’y allons pas par quatre chemins, le Gewurztraminer Vendages Tardives 2008 est tout bonnement un rêve de grand cru parfaitement mur. Un parfum entêtant de rose, de fruits jaunes et de miel d’acacia flatte le nez. Le palais est comblé par les notes de litchis et de pâte d’amande. Ceux qui ont toujours voulu savoir ce que donnent 63 grammes de sucres résiduels parfaitement intégrés à une opulente charpente aromatique seront ici à la bonne adresse.

Original allemand : Captain Cork
Adaptation française : Philippe Abry

 

 
  © actualisé par Bernd Koppenhöfer 24/4/2014 - Captain Cork
TOP